Biographie

Situation professionnelle

  • Ingénieur de recherche an analyse de sources : depuis le 01/08/2015, CNRS - Institut de Recherche en Musicologie (IReMus), UMR 8223.
  • Chercheur associé : depuis le 01/06/2014, Institut de Recherche en Musicologie (IReMus), UMR 8223.
  • Chercheur postdoctoral : 01/09/2015-29/02/2016, Edinburgh University Library – Reid School of music ; 02/02/2015-30/05/2015, Max Planck Institut für empirische Ästhetik, Frankfurt am Main ; 01/01/2014-15/01/2015, Herzog-August-Bibliothek, Wolfenbüttel, Forschungs- und Studienstätte für europäische Kulturgeschichte.
  • Chargé de cours : 01/09/2012-02/2014, Université Paris-Sorbonne, UFR de Musique et Musicologie.
  • ATER : 01/10/2010-31/08/2012, Université Paris-Sorbonne, UFR de Musique et Musicologie.
  • Allocataire-Moniteur: 01/10/2007-30/09/2010, Université Paris-Sorbonne, UFR de Musique et Musicologie.

Diplômes universitaires

  • Doctorat 2007-2013 : Université Paris-Sorbonne et Humboldt-Universität zu Berlin (cotutelle).
    • Discipline : Musique et Musicologie / Musikwissenschaft.
    • Titre : Asymétrie conditionnelle et asymétrie spontanée des progressions harmoniques. Le rôle des dissonances dans la cristallisation de la syntaxe harmonique tonale (c. 1530-1745).
    • Directeurs : Nicolas Meeùs (Université Paris-Sorbonne), Hermann Danuser (Humboldt-Universität, Berlin).
    • Jury: Anne-Emmanuelle Ceulemans (rapporteur), Thomas Christensen (rapporteur), Hermann Danuser, Ariane Jeßulat, Nicolas Meeùs, Alice Tacaille.
    • Mention : très honorable avec les félicitations (Université Paris-Sorbonne), summa cum laude (Humboldt-Universität).
  • Master II 2014-2015 : Études germaniques (mention LLCE), UFR d'Études germaniques et nordiques, « L'enseignement de la théorie musicale en France et en Allemagne » (en cours de préparation).
  • Master II 2006-2007 : Musique et Musicologie (mention recherche), Université Paris-Sorbonne, UFR de musique et musicologie, « Dissonances et progressions harmoniques. Le cas du Tractatus augmentatus compositionis (c.1655-1659) de Christoph Bernhard », sous la direction de Nicolas Meeùs, mention très bien.
  • Master I 2005-2006 : Musique et Musicologie (mention recherche), Université Paris-Sorbonne, UFR de musique et musicologie, « Le langage harmonique des fantaisies et fugues pour orgue de Max Reger », sous la direction de Michel Fischer, mention très bien.
  • Licence 2004-2005 : Musique, Université Paris-Sorbonne, UFR de musique et musicologie, mention bien.
  • DEUG 2002-2004 : Musique, Université Paris-Sorbonne, UFR de Musique et Musicologie, mention bien.

Autres diplômes ou compétences

  • CNR de Rueil-Malmaison, classe d’orgue de François-Henri Houbart : premier prix d’interprétation (2003), prix d’excellence (2004), prix de virtuosité (2005).
  • Landeskirche Hannover, C-Kirchenmusikprüfung (diplôme de musicien du culte, orgue, direction de chœur) 1999-2000, mention bien.
  • Parfaitement bilingue franco-allemand, anglais courant, latin (kleines Latinum à l'Abitur), italien (2 ans)
  • Langages informatiques : VB, Java, XML (TEI, MEI).

Activité de recherche (mots clefs)

  • Histoire et évolution du fonctionnement modal-tonal (axe 1).
  • Modèles théoriques historiques et contemporains (axe 2).
  • Analyse musicale, analyse sérielle assistée par ordinateur (axe 3).
  • Histoire de la théorie musicale, sphère germanique (axe 4).
  • Édition électronique et ses enjeux méthodologiques (axe 5).

Contrats de recherche et relations internationales

  • Mobilité internationale :
    • Edinburgh University Library – Reid School of music, bourse postdoctorale de la Royal Society of Edinburgh (six mois). Projet : Instrumentälischer Bettlermantl. Electronic edition, terminology and intertextual networks (voir Situation professionnelle).
    • Max-Planck-Institut für empirische Ästhetik, Frankfurt am Main, bourse post-doctorale (4 mois). Projet : Syntax, Semantik, Emotion und Ästhetik, Eine neurokognitive Studie zum Status dissonanter Oberflächenstrukturen in der abendländischen Mehrstimmigkeit (voir Situation professionnelle).
    • Herzog-August-Bibliothek, Wolfenbüttel, Forschungs- und Studienstätte für europäische Kulturgeschichte (12 mois). Projet : édition électronique du Syntagma Musicum (1614-1620) de Praetorius, Bourse Digital Humanities du Land de Basse Saxe (voir Situation professionnelle).
  • Projets de recherche internationaux : Thesaurus Musicarum Germanicarum (TMG), sur la numérisation de sources théoriques allemandes de la période 1490-1650. Collaboration entre la Humboldt-Universität, Berlin et l'Université Paris-Sorbonne. Acceptation du projet dans le cadre du programme PERSU (Idex Sorbonne Universités Pour l’Enseignement et la Recherche). En ligne : http://tmgbeta.org/xtf/search.

Nombre de publications, ouvrages, travaux : 29

  1. Monographies (2) : Paris-Sorbonne (2015).
  2. Chapitres d'ouvrages et actes de colloque (4) : University of Thessaloniki (2009), Delatour (2013), PUPS (2014), Olms (2015).
  3. Revues à comité de lecture (3) : Musurgia (2010), Le jardin de musique (2010, 2011).
  4. Articles et notices de dictionnaire (6) : Bärenreiter & Metzler (2015a, b, c, d, e, f).
  5. Textes et éditions en ligne (6) : OMF (2006), PLM (2007, 2009, 2010, 2011), TMG (2014).
  6. Publications à visée pédagogique ou professionnelle (2): PLM (2012), CNED (2012).
  7. Recensions (4) : Musique-Images-Instruments (2014c), Musurgia (2014a, 2014b), Editionen in der Kritik (2014).
  8. Traductions (3) : Bärenreiter & Metzler (2015a, b, c).

Nombre de conférences, congrès et réunions d'étude : 22

  1. Conférences internationales avec comité de lecture (6) : Londres (2008), Thessalonique (2009), Tours (2009), Leuven (2014), Berlin (2015), New York (2015).
  2. Conférences nationales avec comité de lecture (5) : Paris (2009), Indiana (2010), Paris (2010), Paris-Chicago (2011), Rostock (2013).
  3. Séminaires et conférences sans comité de lecture (9) : Paris (2008a, 2008b, 2009, 2013), Chicago (2013), Montréal (2014), Wolfenbüttel (2014a, 2014b), Frankfurt (2014).
  4. Réunions d'étude (2) : Paris (2012, 2013).

Nombre de colloques et de journées d’études organisés : 2

  • L’analyse de la musique polyphonique renaissante – un état des lieux des méthodes analytiques, journée d’étude dans le cadre des Entretiens sur la musique ancienne en Sorbonne (7e édition 2010), 27-29/05/2010. Comité scientifique : N. Meeùs, A.-E. Ceulemans, C. Guillotel-Nothmann.
  • Tonality: recent theoretical models and analytical tools, session d’une journée organisée dans le cadre de la European Music Analysis Conference, Leuven, 17-20/09/2014. Comité scientifique : Sociétés européennes de théorie et d’analyse musicale.

Développement informatique : 2

  • Telos, logiciel d’analyse harmonique et contrapuntique (VB, nouvelle conception en JAVA).
  • Balisage, logiciel de balisage semi-automatique de documents XML-TEI (VB).

Activité d'enseignement : 486h

  • Cours magistraux (168h) : 90h, L1, Théorie et évolution du langage musical ; 78h, L2, Organologie générale.
  • Travaux dirigés (318h) : 78h, L1, Pratique du clavier ; 52h, L1 Écriture et harmonisation clavier ; 156h, L2, Analyse, 19e siècle ; 32h, L3, Introduction générale à l'analyse schenkérienne.
  • Encadrement d'étudiants : Direction des étudiants lors de la rédaction de dossiers de recherche.
  • Activités administratives : Rédaction des sujets (y compris pour les cours du CNED), supervision des examens écrits et oraux, correction des copies, harmonisation des notes et saisie des résultats dans le cadre des examens finaux centralisés à l’Université Paris-Sorbonne.

Membre de Sociétés Scientifiques et de Comités de lecture (hors colloques)

  • SFAM Socitété française d’analyse musicale
  • GMTH Gesellschaft für Musiktheorie
  • IMS International Musicological Society
  • Membre du comité éditorial de la revue Jardin de Musique